La vie à la ferme: un retour aux racines pour les citadins

Les citadins ont besoin de reprendre contact avec leur plein nature pour retrouver la joie de vivre. Un nouveau projet, La vie à la ferme, propose aux célibataires et aux couples une éducation agricole dans les fermes locales. Pourquoi ne pas tester l’expérience et revenir aux racines?

Les avantages de la vie à la ferme pour les citadins

Cela peut vous intéresser : Quelle est l’étude pour devenir agent immobilier spécialisé dans la vente de corps de ferme ?

Si vous êtes à la recherche de plus de calme et de rythme dans votre vie quotidienne, une vie à la ferme est probablement ce que vous cherchez. Mais les avantages qu’elle procure aux citadins ne sont pas seulement économiques. Il s’agit aussi d’un retour aux racines pour une partie importante de la population.

Les citadins qui décident de fermer leur appartement et d’aller vivre sur une exploitation agricole ont plutôt des avantages économiques importants. En effet, ils gagnent en liberté et en autonomie grâce à cette décision. Ils peuvent travailler où ils veulent, sans être obligés de se plier aux horaires imposés par les grandes entreprises. Ces dernières disposent souvent d’une hiérarchie très stricte qui limite les possibilités pour les employés de travailler à temps plein. Les agriculteurs ont aussi l’avantage d’être informés depuis longtemps sur tout ce qui se passe sur le terrain, voire même de participer à certains événements.

Sujet a lire : Séjour spa dans le Var

Enfin, les citadins qui choisissent de vivre à la ferme ont aussi un environnement naturel agréable à vivre. Ils voient quotidiennement les animaux se préparer le repas, les oiseaux chanter et les fleurs s’ouvrir. La campagne est calme et romantique.

Quels sont les enjeux de la démocratisation de la vie à la ferme ?

La démocratisation de la vie à la ferme est un enjeu majeur pour les citadins. Les pays qui ont réussi à l’assurer constituent une exception dans le monde. Leur mode de production agricole organise les villages autour des fermes, qui sont donc des lieux où se tiennent les discussions sur les problèmes communs et font circuler l’information. Ces fermes fournissent également des emplois à la population locale et contribuent au développement socioéconomique de ces zones rurales.

Les villes n’ont pas toujours été favorables à cette démocratisation. La plupart du temps, elles tentent de contrôler les flux d’information afin de réguler leurs propres activités économiques. Ces efforts ont parfois abouti à un repli sur soi et à la marginalisation de la population rurale. Les agriculteurs ont aussi perdu beaucoup d’influence politique au cours du XXe siècle, notamment en raison du rôle central joué par les grandes sociétés agricoles dans le lobby politique.

Il est important que les citadins apprennent à dialoguer avec les agriculteurs pour mieux comprendre les enjeux de la production agricole et trouver des solutions aux problèmes communs.

Comment réussir à vivre autrement sans entrer dans le bourbier énergétique et environnemental ?

La vie à la ferme est une solution concrète pour réussir à vivre sans entrer dans le bourbier énergétique et environnemental. Selon une étude menée par l’ONG World Wildlife Fund, les agriculteurs qui ont changé de mode de production ont réduit de 58% les consommations d’énergie primaire, dont les fabricants d’engrais chimiques. Les agriculteurs qui produisent avec des moyens naturels conservent également plus de biodiversité et moins de pesticides. Ces produits sont susceptibles de protéger notamment notre planète contre les changements climatiques.

Les citadins peuvent toutefois adapter leurs habitudes de consommation en adoptant certains comportements simples: adopter une alimentation biologique, privilégier les transports publics et ne pas acheter du gasoil ou du diesel au lieu d’une voiture hybride ou électrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *